• Admin

Napoléon s’est converti à l’Islam : vrai ou faux ?

La légende napoléonienne ne cesse de nourrir de multiples fantasmes et autres théories du complot. Il s’écrit en moyenne un livre par jour sur Napoléon depuis sa disparition le 5 mai 1821 à Longwood, sur l’île de Sainte-Hélène, à l’âge de 51 ans. Son existence est une source d’inspiration dont on pourrait croire qu’elle se tarit à mesure qu’elle est exploitée. Pourtant, il demeure des questions en suspens qui n’ont fait l’objet que d’une maigre et partisane littérature : sa relation avec l’islam. Mis à part les dizaines de déclarations, parfois explicites, de Napoléon sur l’islam et le travail de Christian Cherfils qui affirme dans son ouvrage Bonaparte et l’islam (1914) que l’adhésion de Napoléon à l’islam est un fait historique rapporté par la presse de l’époque, l’absence de sources explicites et indiscutables sur sa prétendue conversion à l’islam ne permet pas d’affirmer que l’Empereur des Français était devenu musulman. C’est évidemment dans ce contexte de flou historique que de nombreuses affirmations sont diffusées, le plus souvent à fins de propagande, dans les réseaux islamiques ou catholiques sur les relations qu’entretenait Napoléon 1er avec la religion comme l’attestent ces articles : « Le Code Civil français de Napoléon fortement inspiré par la Charia », « Napoléon Bonaparte s’était converti à l’islam », « La conversion de Napoléon Bonaparte », etc.

Son exil à Saint-Hélène a notamment été pour l’Empereur déchu l’occasion d’exprimer sa vision sur de nombreux sujets, dont la religion. Que pensait-il de l’islam ? Il apparait qu’il portait un regard bienveillant sur cette religion, telle qu’il l’a vu pratiquée. Ainsi écrivit-il « L’islam est la vraie religion. […] j’espère que le moment ne tardera pas où l’islam prédominera dans le monde. ». A l’aune des méfaits de l’islam sur la civilisation occidentale et de sa vitesse de propagation, cette citation ne manque pas de glacer le sang de la part de cet homme qui contribua à la grandeur de la France et de l’Europe, aujourd’hui menacée, entre autres, par les effets néfastes de cette religion. Dans le même journal qu’il a dicté au Général Gourgaud, Napoléon confie « j’aime mieux la religion de Mahomet. Elle est moins ridicule que la nôtre ». Contrairement à ce que cette déclaration pourrait laisser entendre, cette dernière phrase est capitale pour comprendre la relation de Napoléon avec l’islam. Dire sa préférence pour une autre religion que la sienne révèle en effet une information déterminante : il confirme (la nôtre) que le catholicisme est sa propre religion tout en s’autorisant une critique indirecte de celle-ci en flattant l’islam. Cette phrase suffit-elle cependant à affirmer que Napoléon ne s’est jamais converti à l’islam ?

Napoléon, islamophile ou musulman ?

Elle l’eût pu, en dépit de nombreux textes qui attestent de son attrait, et non de sa conversion, pour l’islam. Il existe cependant un texte, écrit de sa main, qui pourrait légitimement couper court à toute discussion, s’il n’était toutefois pas analysé dans son contexte historique et eu égard au génie tactique et diplomatique de Napoléon. Le 17 juillet 1799, lors de la campagne d’Egypte, à quelques jours de la bataille d’Aboukir, Napoléon Bonaparte prononce ce qui ressemble à sa déclaration de foi à l’islam. : « Il n’y a pas d’autres Dieux que Dieu et Mahomet est son prophète ». En islam, l’acte de conversion est en effet très simple. Il su