• Admin

Pourquoi Jérusalem est bien la capitale d'Israël


FIGAROVOX /TRIBUNE - Face aux résistances arabes, Donald Trump n'honorera pas immédiatement sa promesse de campagne visant à déplacer l'ambassade américaine en Israël de Tel Aviv à Jérusalem. Le point de vue de Pierre Rehov.

Par Pierre Rehov Publié le 2 juin 2017 à 10:26, mis à jour le 2 juin 2017 à 18:37


Par Pierre Rehov. Reporter, écrivain, réalisateur de documentaires dont le dernier «Unveiling Jérusalem», retrace l'histoire de la ville trois fois sainte et prend position sur le conflit israëlo-palestinien.

Donald Trump l'avait promis durant sa campagne. À peine élu, il s'empresserait de déplacer l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, capitale d'Israël non reconnue par la communauté internationale, et pourtant, dans les faits, son centre administratif. Le président Trump est pourtant, provisoirement, revenu sur sa parole, promettant tout de même de s'exécuter avant la fin de son mandat. Cela peut se comprendre, de la part d'un homme qui a bâti sa carrière sur «l'art de la négociation» et assure être capable de conclure le deal le plus difficile de tous les temps, rien de moins que la résolution du conflit israélo-arabe.

Israël est le seul pays au monde dont la capitale officielle n'est pas reconnue.

La problématique, plus délicate qu'elle n'y paraît, remonte à une loi du 23 octobre 1995 votée par le Congrès qui impose le déplacement de l'ambassade, mais laisse au président en exercice la possibilité d'en retarder l'échéance tous les six mois, pour des raisons de sécurité.

Israël est le seul pays au monde dont la capitale officielle n'est pas reconnue. Les ambassades de la quasi totalité des pays sont donc établies à Tel Aviv, à quelques soixante kilomètres des ministères.

Depuis cette fameuse loi, chaque président américain, de Clinton à Obama en passant par George W. Bush a reconduit l'échéance qui tombe le 1er décembre et le 1er juin. Les raisons en sont toujours les mêmes. Pression du monde arabe, chantage au terrorisme, volonté de trouver une solution au conflit par l'établissement de deux pays pour deux peuples se partageant la capitale, intérêts financiers liés aux hydrocarbures.

Cette année, cependant, montre sous un jour nouveau sur ce qui apparaît comme une simple formalité. Il aurait suffi en effet, au président Trump de ne rien faire, autrement dit ne pas signer le document de reconduction, pour que David Friedman, le nouvel ambassadeur américain, établisse son quartier général à Jérusalem plutôt qu'à Tel Aviv. Cela semblerait logique puisque, quel que soit le statut final de la ville trois fois sainte, Jérusalem ouest restera rattachée à Israël. Quant aux Palestiniens, leur centre administratif, y compris l'incroyablement luxueux palais présidentiel de Mahmud Abbas, est établi à Ramallah.

Pourquoi, dans ce cas, une telle frénésie autour d'un événement qui, tout compte fait, n'aurait d'autre valeur que symbolique? Justement. Au Moyen Orient les symboles ont une force qui surpasse la logique ou le simple pragmatisme.

Mais, tout d'abord, quelques faits historiques et religieux qu'il n'est pas inutile de rappeler.

En 1870, d'après plusieurs études, regroupant, entre autres, celles de Karl Marx, Gerardy Santine, et Nu‘aman Al Qasatli, mais laissant de côté le recensement effectué par l'empire Ottoman, car celui-ci ne tenait compte que ses citoyens officiels, la population de Jérusalem se décomposait de la façon suivante: 11.000 Juifs, 6500 Musulmans, 4500 Chrétiens.

Le plan de l'ONU de 1947, qui devait donner naissance à deux pays, prévoyait l'internationalisation de Jérusalem.

Une grande majorité de Juifs, donc, malgré une réécriture progressive de l'histoire de la région à fins de propagande.

Le plan de l'ONU de 1947, qui devait donner naissance à deux pays, l'un Juif et l'autre Arabe dans les 20% restant de la Palestine mandataire, prévoyait l'internationalisation de Jérusalem.

Sans le refus arabe, traduit dans les faits par l'attaque des cinq pays limitrophes du tout jeune État hébreu, avec une volonté génocidaire affichée, la fameuse «Naqba» ou «Catastrophe», c'est-à-dire le départ volontaire ou non de quelques centaines de milliers de Palestiniens devenus «réfugiés», n'aurait jamais eu lieu. Il est clair que les leaders arabes ne s'attendaient pas à ce que le jeune pays, refuge des survivants des camps de la mort, repousse leurs armées d'invasion.

L'une des batailles les plus acharnées fut celle pour la libération de Jérusalem. La Jordanie s'empara de la partie est de la ville, en chassa tous les Juifs, détruisit 60 synagogues, et désacralisa la quasi totalité des cimetières. De ce jour, et jusqu'en 1967, les Juifs n'eurent plus accès à leur lieu saint le plus sacré, le mur des lamentations, désormais sous contrôle jordanien.

Il est à noter qu'à peine cette partie de Jérusalem conquise, le royaume s'en désintéressa totalement jusqu'en 67, où elle devient officiellement le «troisième lieu saint de l'Islam». Au cours des dix-neuf années qui suivirent, aucun chef de gouvernement arabe ne s'y rendit en visite officielle, ne serait-ce que pour prier au dôme du rocher ou à la mosquée Al Aqsa. Des photographies d'époque montrent des bâtiments mal entretenus, entourant une esplanade envahie par les herbes hautes. La vieille ville de Jérusalem, Al Quds pour les musulmans, ne présentait plus d'intérêt, puisqu'elle leur appartenait.

Un intérêt qui d'ailleurs ne s'est jamais révélé au cours des siècles, si ce n'est au tout début de l'ère islamique, lorsque, 40 ans après la mort du prophète Mahomet, le calife Umar ibn Al-Kattâb, décida de permettre aux fidèles syriens d'y effectuer un pèlerinage, puisqu'ils étaient interdits de séjour à la Mecque. Ainsi que l'indique le professeur Gabriel Barkay, historien et archéologue: «Il substituait ainsi le rocher blanc de la fondation du monde à la Kaaba, la météorite noire d'Arabie». Pour justifier sa décision, Al-Kattâb se servit d'une légende présente dans le Coran, selon laquelle le prophète Mahomet se serait, au cours d'une nuit, envolé vers le Paradis sur sa jument Al Buraq, depuis la «mosquée lointaine» (Al Aqsa).